Les tests

Les tests de renforts

Même s'il parait évident qu'un tel renfort diminuera le risque de rupture et augmentera la durée de vie du boitier, il est bien difficile de prouver et surtout de mesurer cela.

Deux tests ont tout de même été réalisés sur chaque modèle de renfort pour voir comment se comportera la direction renforcée après une éventuelle rupture du boitier. Ces essais vont montrer le comportement d'une direction ayant subit une rupture, le but est double : montrer son comportement après la rupture mais aussi (et surtout) montrer ainsi que le renfort absorbe une bonne partie des efforts avant la rupture afin d'en dimuer le risque.

Le premier test consiste a faire fonctionner sous contraintes une direction munie du renfort et dont le grand couvercle du boitier a été désolidarisé par retrait de ses quatre vis. Ce test nous met dans une situation identique à la rupture vue sur les premières photos : le grand couvercle subissant la poussée de l'arbre oscillant n'est plus fixé sur le boitier alu.

Avec le modèle "Sprint" pour pédalier au plancher :

 

Et avec le modèle "Stradale" pour pédalier suspendu :

 

 

Ces deux essais montrent bien que tous les efforts subis par la poussée de l'arbre oscillant sur le grand couvercle sont pris en charge par les renforts.

 

J'ai ensuite voulu aller plus loin pour montrer les effets sur les roulements et surtout en utilisant un boîtier avec une réelle rupture. Un second essai a ensuite été réalisé avec une direction ayant subi une des ruptures les plus "pourries" jamais constatée. Dans ce cas c'est la totalité de la partie arrière qui a éclaté en trois petits morceaux. Non seulement le roulement arrière a perdu son appui mais c'est aussi le tube extérieur de direction qui n'était plus solidaire du boîtier.

Le roulement arrière s'est ouvert perdant ses billes, les quatre vis reliant tube et boîtier ainsi qu'une de celles retenant le grand couvercle se sont arrachées. L’effet est immédiat : la vis sans fin de la colonne ne peut plus s’appuyer sur son roulement arrière, elle recule (1) et ouvre le roulement avant qui perd lui aussi ses billes. Le jeu devient tel que la cage de recirculation va perdre son appui dans l’arbre oscillant. Vu du chauffeur, le volant prend du jeu axial et devient libre.

(1) en cas de perte des billes du roulement arrière, la colonne de direction peut reculer de 6 mm avant d'arriver en butée dans son tube. C'est suffisant pour ouvrir le roulement avant et perdre ses billes.

Voici l'état de ce boîtier après démontage et une fois préparé pour le test :

Cette direction a ensuite été remontée (non sans mal n'ayant plus de lien entre la colonne et le boîtier) puis installée sur son banc de tests avec les deux modèles de renfort.

Le ressort simulant la résistance des roues est placé de telle sorte que la vis sans fin exercera sa poussée sur le roulement arrière, là où est la rupture.

Avec le "Stradale" :

 

Et avec le "Sprint" :

 

Retour

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site